Notre filière de riz en Thaïlande zéro gluten

Lorsqu’il est usiné en Europe, le riz parfumé est transporté en vrac, transformé et conditionné dans des unités de production qui reçoivent aussi des céréales comme le blé. Du coup, la réglementation nous impose de signaler sur nos étiquettes le risque de traces de gluten. C’est pour cette raison que nous avons chercher en Thaïlande une filière entièrement sécurisée. Nous avons mis en place un nouveau partenariat avec une coopérative qui livre son riz à une riserie située à proximité des exploitations. Nous avons mis en place un nouveau partenariat avec une coopérative. Du champ à la mise en sachet, le riz ne croise jamais de gluten ! Il est acheminé en sacs dans des véhicules qui ne transportent jamais de céréales contenant cette protéine. Et pour cause, on n’en cultive pas dans cette région.

Il est entreposé, usiné et mis en sachets sous atmosphère protectrice. Nous sommes allés sur place pour vérifier chacune des étapes. Sur nos conseils, l’usine s’est équipée d’une machine que nous avons configuré nous-mêmes, en formant les ouvriers. C’est grâce à l’ensemble de ces sécurités que notre filière de riz en Thaïlande est garanti zéro gluten depuis 2015.

Une belle collaboration en commerce équitable

Vingt villages sont rassemblés au sein de cette coopérative thaïlandaise qui a vu le jour en 2004. Les traditions y sont toujours vivaces : l’année est jalonnée de rituels d’offrandes à la déesse mère du riz. Tous les visiteurs ont droit à une cérémonie d’accueil. Ainsi Marcello, notre collaborateur s’est vu nouer une écharpe autour de la taille en guise de bienvenue par le chef du programme, Boonmee. Les agriculteurs cultivent du riz thaï parfumé de variété Hom mali et du riz rouge et noir, à hauteur de 20 % de la production.

Les méthodes de culture exemplaires de notre filière de riz sans gluten en Thaïlande

Les méthodes de culture mises en œuvre reposent sur la rotation des plantations. Après le riz, les agriculteurs sont invités à planter des haricots ou encore une plante qui permet d’obtenir du papier avec lequel on fabrique les billets de banque. L’eau est utilisée avec économie, grâce à un bon système d’irrigation. La terre est fertilisée avec de l’écorce d’eucalyptus et à l’aide d’un compost issu de la fermentation de fumier et de paille de riz.

Pour éloigner les insectes ravageurs, on a recours à un répulsif odorant à base de feuilles de neem fermentées (une espèce arbustive asiatique). Depuis qu’un fabricant d’outils thaïlandais a mis gratuitement à disposition des riziculteurs du programme des machines outils, la culture à la main cède le pas petit à petit. La longue et fastidieuse transplantation des plantules de riz est notamment réalisée avec une machine automatique. Même s’il est nécessaire de la diriger dans l’humidité des rizières, cet équipement apporte une amélioration considérable des conditions de travail des agriculteurs.

Des actions communautaires grâce au programme équitable

Le riz biologique de la filière sans gluten est acheté 30 % plus cher aux agriculteurs. Une part de la prime perçue au titre du commerce équitable est réservée aux activités sociales de la collectivité, qui dispose aussi d’un jardin et d’un bassin de pêche communautaires, d’un centre de formation, et d’un magasin de vente des productions locales.

Parmi les actions récentes figurent par exemple la construction d’un espace dédié à la préparation commune du compost, le financement de l’instruction des jeunes et la plantation d’arbres.

Ici, le riz est un trésor

La consommation de riz par les fermiers est en moyenne de 300 grammes par jour et par personne ! La part de la récolte annuelle consacrée à la consommation domestique est conservée dans des petits greniers à proximité des habitations. Quand les familles ont besoin d’argent, elles en vendent une partie. La communauté dispose d’un petit atelier de transformation : les familles y décortiquent le riz au fur et à mesure.

Retrouvez tous nos riz thaï dans la boutique